Igitur - divagations - un coup de dés

À propos

« Poésie/Gallimard » est une collection au format poche de recueils poétiques français ou traduits. Chaque volume rassemble des textes déjà parus en édition courante - tantôt du catalogue Gallimard, tantôt du fonds d'autres éditeurs -, souvent enrichis d'une préface et d'un dossier documentaire inédits. Élégant viatique pour les amateurs de poésie, la collection offre des éditions de référence, pratiques et bon marché, pour les étudiants en lettres. Aujourd'hui dirigée par André Velter, poète, voyageur et animateur de plusieurs émissions sur France Culture, la collection reste fidèle à sa triple vocation : édition commentée des « classiques », sensibilité à la création francophone contemporaine (Guy Goffette, Ghérasim Luca, Gérard Macé, Gaston Miron, Valère Novarina...) et ouverture à de nombreux domaines linguistiques (le Palestinien Mahmoud Darwich, le Libanais d'origine syrienne Adonis, le Tchèque Vladimír Holan, le Finnois Pentti Holappa, le Suédois Tomas Tranströmer et récemment l'Italien Mario Luzi, deux mois seulement après sa disparition...).

Rayons : Littérature générale > Littérature argumentative > Essai littéraire

  • Auteur(s)

    Stéphane Mallarmé

  • Éditeur

    Gallimard

  • Date de parution

    02/10/2003

  • Collection

    Poesie Gallimard

  • EAN

    9782070421244

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    526 Pages

  • Longueur

    18 cm

  • Largeur

    11 cm

  • Épaisseur

    2.5 cm

  • Poids

    418 g

  • Distributeur

    Sodis

  • Support principal

    Poche

Stéphane Mallarmé

Stéphane Mallarmé est né à Paris, dans le 9e arrondissement, le 18 mars 1842 et mort le 9 septembre 1898 à Valvins (Vulainessur-
Seine) dans sa maison de campagne, qu'il louait depuis des années, au bord de la Seine et de la forêt de Fontainebleau.
Il a consacré sa vie à la littérature qu'il redéfinit radicalement. Décriée et exaltée déjà à son époque, l'oeuvre de Mallarmé est
aussi ambitieuse qu'audacieuse, à la fois accusée d'obscurité par le jeune Marcel Proust et admirée par l'avant-garde littéraire et
artistique de la fin du XIXe siècle, de Manet à Redon, de Verlaine à Valery. Si Mallarmé est aujourd'hui un classique on n'oubliera
pas qu'il dit si bien de lui-même : «j'ai toujours passé pour très-étrange»..

empty